Composter? C’est intelligent! C’est naturel!

La saison estivale est entamée et Gesterra saisit cette belle période de l’année pour relancer sa campagne de sensibilisation Composter un geste naturel, sur le territoire de la MRC d’Arthabaska. Cette campagne vise à informer, sensibiliser et éduquer les citoyennes et les citoyens de la région. Vous n’êtes pas de la région, mais vous compostez? Continuez votre lecture! 

 

Quelques faits intéressants

1. 35 %[1] du bac noir = matière organique.

Eh oui! 35% de ce que l’on dépose dans notre bac à ordures, sur le territoire de la MRC d'Arthabaska,  pourrait se retrouver dans le bac brun. Quand on y pense, c’est plus du tiers de notre bac noir! Au Québec, la statistique démontre que c’est 57 % du contenu du bac noir qui pourrait aller au compost[2]. C’est beaucoup n’est-ce pas?

2. Pourquoi notre bac noir sent si mauvais?

Pour la simple et unique raison que dans celui-ci se trouve de la matière organique qui est privée d’oxygène. L’oxygène est essentiel pour permettre la décomposition naturelle de la matière organique. Dans le cas contraire, privée d’oxygène, elle crée du méthane, un gaz à effet de serre et tout ça… sent très mauvais!

3. Attention à la contamination de votre bac!

Vous faites le tri des matières compostables dans le but de garnir votre bac brun? On vous en remercie et on vous félicite. Maintenant, il faut se le dire, il importe de faire attention à ce que l’on dépose dans ce bac. Restes alimentaires, résidus verts (feuilles, pelouse, etc.), mouchoir, carton de pizza souillé, tout ça va dans le bac brun. Vous hésitez pour une matière? Visitez la section le bon bac de notre site Web ou téléchargez Gestrio, afin que le contenu du camion ne prenne pas le chemin de l’enfouissement pour cause de contamination (textile, plastiques, métal, etc.) Dans de tels cas, le chargement complet du camion prendra le chemin de l’enfouissement… et ça, on ne veut pas que ça arrive n’est-ce pas?

4. Petite équation simple : + de compost – d’ordures = + $

Pas nécessaire d’être un génie des mathématiques pour comprendre que plus les citoyennes et les citoyens participeront à la collecte de la matière organique, moins il en coûtera cher à votre municipalité pour la gestion des matières résiduelles. En effet, les municipalités doivent payer une taxe pour envoyer les déchets à l’enfouissement, mais cette taxe n’est pas applicable aux matières recyclables et compostables. (À moins que les chargements soient contaminés bien entendu… vous comprenez pourquoi il faut être vigilant et de composter intelligemment!) Ainsi, moins de dépenses pour votre ville c’est moins de chance que vos taxes n’augmentent. Dis comme ça, c’est tentant non?

On vous encourage à adopter ou à poursuivre vos belles habitudes!

[1]Selon une étude de caractérisation menée par Gesterra en 2016

[2] Selon une étude menée par Recyq-Québec (Rapport synthèse : Caractérisation des matières résiduelles du secteur résidentiel 2012-2013.)


Retour à tous les articles
Un engagement
fort durable