FleurGesterraRapport annuel 2018

Mots du président et du directeur général

andre bellavance

André Bellavance Président du conseil
d’administration de Gesterra

Le respect de l’environnement n’est plus une option, mais une obligation. Dans ce contexte, les organisations doivent réduire l’enfouissement des matières et adopter des habitudes responsables. Pour y parvenir, les organisations telles que les municipalités, les institutions, les commerces et les industries doivent s’allier des experts pour améliorer leurs processus et Gesterra s’impose à titre de référence dans le domaine au Québec.

En effet, alors que la gestion des matières résiduelles suscite plusieurs questionnements au Québec, l’Union des municipalités du Québec a décidé de former un groupe de travail sur le recyclage. En me demandant de présider ce groupe, c’est l’expertise acquise par Gesterra ainsi que Victoriaville et sa région qui est interpelée. Cette nomination rejaillit ainsi sur toute l’équipe de Gesterra qui voit ainsi la qualité de son travail être de nouveau reconnue. À cet effet, je tiens à féliciter tous les employés pour leur contribution à cette réputation enviable.

La formation de ce groupe de travail témoigne également des nombreux défis à relever dans le domaine. Pour Gesterra, la dernière année a été bien remplie, comme le démontre, notamment, le début de la vidange des fosses septiques dans les municipalités de la MRC d’Arthabaska, le lancement de l’application Gestrio pour faciliter la gestion de ses matières résiduelles et le lancement d’un projet pilote regroupant une centaine d’institutions, commerces et industries de Victoriaville pour les accompagner à améliorer leurs habitudes de gestion des matières résiduelles. Gesterra continue d’être un acteur de changement et nous devons nous inspirer de cette confiance acquise pour poursuivre le travail.

Dans ce contexte, j’aborde la nouvelle année avec confiance, motivé de poursuivre la croissance de notre organisation. Les prochaines générations nous en seront reconnaissantes.

charles lemieux

Charles Lemieux Directeur général de Gesterra

Nous tournons la page d’une année à nouveau bien remplie pour Gesterra. En effet, 2018 fut encore une fois placée sous le signe de la croissance pour notre organisation. Une année où notre mission, visant la valorisation des matières résiduelles, fut encore au cœur des actions que nous avons entreprises.

Nos réalisations ont pris diverses formes au cours de la dernière année et ont généré des investissements de plus de 7 M$. Parmi ces dernières, la construction d’une usine de traitement des eaux usées à la fine pointe des technologies environnementales, la mise en place d’un programme de vidange des fosses septiques à l’échelle de la MRC, l’achat de l’écocentre de Victoriaville, le déploiement d’un projet pilote de collecte intelligente des matières résiduelles auprès des entreprises (ICI) de la MRC d’Arthabaska ainsi que le projet pilote sur la collecte des plastiques agricoles, pour ne nommer que ces exemples.

Par ailleurs, notre engagement en ce qui a trait au changement de comportement des citoyennes, des citoyens et des entreprises quand il est question de détourner le maximum de matières de l’enfouissement, spécialement les matières compostables, est toujours aussi présent. C’est pourquoi, deux relances importantes de la campagne de sensibilisation « Composter, un geste naturel » ont eu lieu en 2018, une en juin et l’autre en octobre. À ces occasions, nous avons véhiculé des messages invitant à un meilleur tri des matières organiques. Ces messages n’auraient pas eu la même résonnance sans les interventions ciblées réalisées par l’équipe dédiée de Gesterra en gestion des matières résiduelles auprès des citoyennes, des citoyens et des entreprises.

D’autre part, nous ne passerons sous silence nos activités de recherche et développement liées à notre « Accélérateur de recherche ». Plusieurs projets sont actuellement en cours, notamment en lien avec notre production de compost ainsi que le développement d’avenues de valorisation pour cette matière. D’ailleurs, l’année 2019 verra nos capacités de traitement des matières organiques triplées, passant de 20 000 tonnes métriques à 60 000 tonnes métriques annuellement afin de répondre aux opportunités de développement des affaires qui s’offrent à nous.

Nous entamons maintenant une douzième année d’opération et notre enthousiasme est toujours au rendez-vous! Sur la planche à dessin, près de 15 M$ de projets prévus au cours de 2019. Parmi ceux-ci, des investissements de 9 M$ seront consacrés à l’agrandissement de nos plateformes de compostage. Aussi, 2,5 M$ seront investis pour débuter l’aménagement de la phase 2 de notre LET ainsi que dans nos installations dédiées à la captation et au traitement du lixiviat. Enfin, 1,5 M$ sera investi afin d’optimiser les activités de l’écocentre de Victoriaville nouvellement acquis.

L’année 2019 est aussi marquée par le début du contrat avec la MRC de Drummondville pour le traitement de leurs matières résiduelles. Cette entente constitue un précédent dans notre histoire. En effet, ce sera première fois que Gesterra déploie presque l’entièreté de son offre de services. Mais surtout, elle permettra la mise en place d’un modèle de gestion régional des matières résiduelles pour l’ensemble du territoire du Centre-du-Québec, telle est l’objectif souhaité par les parties prenantes à cette entente.

Comme vous êtes en mesure de le constater, Gesterra poursuit sa lancée!

Actionnaires et municipalités membres

equipe icon Équipe et conseil d'administration

Consultez notre équipe
installations icon

Jetez un œil à nos installations

Nos installations

Moyenne de retour de la redevance

graphique redevances 2018

graphique redevances 2017

graphique redevances 2016

Quantité de déchets résiduels enfouis

graphique enfuisement 2018

graphique enfuisement 2017

graphique enfuisement 2016

graphique enfuisement 2015

Réalisations 2018

Projets 2019

L’Écoparc industriel de Victoriaville devient
l’Écoparc industriel Daniel-Gaudreau:

C’est lors d’une cérémonie civique que l’écoparc industriel de Victoriaville est devenu l’Écoparc industriel Daniel-Gaudreau. Cette zone du parc industriel allie le développement économique et le développement durable ce qui porte encore plus loin la vision de Daniel Gaudreau décédé le 1er décembre 2017. L’écoparc est un aménagement durable qui, par sa forme, encourage les entreprises qui s’y installent à adopter des pratiques responsables. Par ailleurs, le déménagement du siège social de Gesterra dans l’Écoparc constitue l’une des dernières décisions que Daniel Gaudreau ait prise au sein du conseil d’administration de l’entreprise.

Un engagement
fort durable